De la sur-ingénierie des SI métier

De la sur-ingénierie des SI métier

Les SI métier répondent à plusieurs besoins essentiels des entreprises ayant des équipes d’intervention terrain, parmi lesquels : la traçabilité et la comptabilité des interventions, la documentation des infrastructures ou actifs gérés, la planification efficace des moyens humains et matériels, l’organisation des activités au quotidien.

Toutefois tous les grands groupes ayant des équipes nombreuses opérant depuis longtemps sur des métiers complexes sont confrontés à l’obsolescence de leurs systèmes d’information (SI) métier qui de plus se chavauchent et s’inter-connectent dans un plat de spaghetti difficile à démêler. Bien souvent il faudrait envisager de s’affranchir de cette « dette technique » en repartant de zéro, mais le « grand soir » dans des activités très opérationnelles peut poser tout autant de problèmes.

Caricature de la réparation d'un tirefond sur une voie SNCF. Dans le passé la vérificationet la réparation étaient simultanées mais avec une absence de traçabilité. Désormais la traçabilité est fine mais complexe, avec trop de SI e de règles qui se chevauchent, au détriment de la réactivité, voire même de la qualité de l'entretien
Le difficile compromis entre traçabilité, réactivité et qualité en utilisant les SI métier

Résultats ? Des coûts de maintenance élevés, une très faible flexibilité pour faire évoluer les SI, des investissements colossaux pour des évaluation significatives, une insatisfaction en interne aussi bien des équipes opérationnelles que gestionnaires, des managers métier ou fonctionnels, des dirigeants, voire des clients lorsqu’ils sont directement impactés. Au final l’investissement dans ces SI métier si lourds et peu efficaces peu en pâtir, tellement le problème semble insoluble, ce qui ne fait que renforcer le problème.

Parfois, ce genre de problématique génère plus que de l’énervement ou de l’inefficience : il génère des accidents opérationnels. Même s’il faut reconnaître que ces systèmes, par la documentation minimale qu’ils apportent (même si les données sont souvent un peu douteuses), sont un moindre mal et évitent certainement certains accidents.

Travailler sur un SI métier s’apparente grandement à la tâche de Sisyphe !

Publicités

À nous de vous faire préférer le train… et les mobilités partagées !

à la UneÀ nous de vous faire préférer le train… et les mobilités partagées !

La SNCF a un rôle fondamental à jouer dans la transition énergétique et l’atteinte du Facteur 4 (division par 4 des émissions de GES – Gaz à Effet de Serre) dans les transports en France, puisqu’elle est l’opérateur national du mode de transport le plus performant : le train. Plus précisément la SNCF opère les lignes à grande vitesse et les lignes longue distance, ainsi que l’essentiel des lignes du quotidien (TER et certains RER). Sa responsabilité est donc majeure puisque le développement du train à horizon 2050 est essentiel. Plus que jamais la SNCF doit nous faire préférer le train, à nous voyageurs-usagers (comme je n’aime point ce dernier mot !), et doit faire préférer le train aux acteurs publics (régions et État) dans leurs choix d’investissement. Pour cela il faut offrir une gamme élargie de services de qualité, avec une large palette tarifaire, pour le plus grand nombre. Tout un défi, qui n’est pas nouveau.

Pourtant, malgré toutes ses qualités, il est évident que le train ne peut répondre à l’ensemble des besoins en 2050. Simplement doubler de nombre de voyageurs.kilomètre parcourus en train à cette date est probablement hors d’atteinte, en particulier pour les mobilités du quotidien. Le réseau actuel, avec les évolutions possibles, n’y suffirait pas. Le train, même avec les autres transports en commun, ne peut pas répondre à tous les besoins dans toutes les situations, et ces modes ne peuvent étendus à l’infini dans le contexte actuel. En revanche ils peuvent constituer l’ossature de la mobilité sobre de 2050.

Si la question de la mobilité doit être regardée sous l’angle de l’offre en 2050, il est absolument indispensable d’interroger la qualité et la quantité de nos mobilités en 2050, sous l’angle des pratiques et de nos modes de vie. Lire la suite « À nous de vous faire préférer le train… et les mobilités partagées ! »

Wanted – Étude d’impact des contrôles de sécurité sur l’attractivité du #train

Intuitivement on se dit que l’effet va être plutôt négatif ! En rallongeant le temps porte à porte, en obligeant à arriver en avance, voire se déshabiller dans les aéroports !
http://www.europe1.fr/societe/sncf-royal-favorable-aux-portiques-pour-les-trains-en-france-2621691
Au-delà de cet aspect attractivité, je me dis aussi que cela contribuera à un sentiment « d’état de siège » permanent. Bien triste…

L’Open Transport, Open Data appliqué à la mobilité

L’Open Transport, Open Data appliqué à la mobilité

Jeudi soir se déroulait à Paris, dans les locaux de la Fondation Mozilla, le premier meetup consacré à l’Open Transport. La thématique du soir ? Quelques applications de l’Open Data à la mobilité : calculateurs d’itinéraires Open Source, problématiques de normalisation pour profiter des outils du Big Data, utilisation d’Open Street dans les gares SNCF, visualisation des déplacements de train, et surtout analyse des données transport, pour aller au-delà de « l’assistant personnel de mobilité ». Avec en conclusion une question centrale : comment constituer un référentiel d’adresses ouvert, libre et collaboratif.

C’était dense, inspirant, convivial. Ci-dessous un résumé des idées qui ont retenu mon attention, et quelques commentaires. Merci aux organisateurs, à tous les participants, et rendez-vous à l’automne pour la prochaine édition.

La vidéo de l’évènement est disponible sur le site de Mozilla Air.
Lire la suite « L’Open Transport, Open Data appliqué à la mobilité »

La SNCF développe l’expérience mobilité de ses clients

Photo transsibérien
Le transsibérien

Ces derniers temps je voyage régulièrement en train (cf. article précédent sur une expérience de TGV), après quelques mois plutôt calmes, et je me suis rendu compte de quelques changements intéressants dans mon expérience de voyageur.

Le vrai changement, peut-être, c’est que j’ai de plus en plus le sentiment que la SNCF (et son personnel) se soucie de mon expérience voyageur, aussi bien lorsque je voyage pour affaires qu’en famille pour les vacances. Lire la suite « La SNCF développe l’expérience mobilité de ses clients »