Lyft peut-il opérer une flotte de véhicules autonomes seul ?

Lyft peut-il opérer une flotte de véhicules autonomes seul ?

Le co-fondateur de Lyft, John Zimmer, vient de nous partager la grande vision de son entreprise pour les 10 ans à venir, « The Road Ahead ». Je dois avouer que j’ai trouvé cela… « Total BS », ou presque. Non pas que l’article ne vaille pas d’être lu pour son histoire de l’automobile dans les villes américaines, le problème que la place actuelle des voitures pose pour ces villes, en termes d’occupation de l’espace public / urbain en particulier (il évoque de manière très succincte l’aspect pollution, donc sanitaire), et le mouvement puissant qui conduit les villes à se réapproprier leurs espaces (ce qui est une bonne nouvelle pour tous qui y vivent, y travaillent, y voyagent).

Ce qui m’a agacé dans cet article, c’est qu’il est significatif de l’échec de Lyft, repris en main par General Motors, dont le discours et le manque de vision se conforment à ceux de son propriétaire, et se traduisent par un discours convenu sur la « troisième révolution du transport », où plus personne ne possédera de voiture dans 10 ans, où Lyft opérera lui-même tous ces véhicules, où les chauffeurs n’ont pas besoin de s’inquiéter car on aura toujours besoin d’eux, où le modèle économique de tout cela (qui n’est en fait pas posé) est censé être parfaitement huilé et fonctionnel.

Je suis un fervent supporter des solutions de mobilité partagée, y compris du type de Lyft, notamment pour du domicile – travail (une sorte de covoiturage étendu), et des véhicules autonomes (de Tesla Autopilot, avec ses limitations, qui donne à voir l’avenir, à des Google Car). Et j’ai trouvé le discours de John Zimmer lénifiant ! Lire la suite « Lyft peut-il opérer une flotte de véhicules autonomes seul ? »

Publicités

Et si on nommait un dirigeant de compagnie de #VTC au Conseil d’Administration de la #SNCF ?

Aux Etats-Unis c’est déjà fait ! C’est ce qu’illustre cette récente nomination au Conseil d’Administration d’Amtrak : un de ses anciens économistes et conseiller, passé par l’Administration Obama, vient de rejoindre le Conseil d’Administration. Jusque là parcours très classique. Cela devient intéressant quand on apprend que l’activité principale actuelle de l’intéressé est d’être l’un des dirigeants de Lyft, le grand concurrent d’Uber aux Etats-Unis. C’est ce qu’il appelle un « dayjob » 🙂

Cette pratique très américaine semble intentionnelle, sans choquer. En fait, outre la compétence et la connaissance du métier ferroviaire dont fait preuve M. Kan, sa position dans le transport à la demande n’est probablement pas étranger à sa nomination chez l’équivalent local de la SNCF (beaucoup moins puissant et développé en comparaison, le ferroviaire ayant considérablement reculé après-guerre aux Etats-Unis).

À long terme les autorités perçoivent que le transport public et le transport à la demande vont devoir se parler, en particulier sur les courtes distance. En France, Transdev est un acteur du VTC. La SNCF suit certainement le sujet. Mais nos acteurs du VTC, hormis Uber justement, n’ont pas un poids tel que leurs dirigeants soient de très haut niveau et finissent par être nommés au Conseil d’Administration d’acteurs majeurs du transport public. Mais j’aimerais beaucoup voir un jour un dirigeant de chauffeur-prive, de Heetch ou de Padam nommé au Conseil d’Administration de la SNCF ! Chiche ? http://fortune.com/2016/01/21/amtrak-board-member-lyft/

Comment partager au quotidien une voiture entre particuliers ?

Ford cherche à en revenir aux fondements du partage de voiture entre particuliers, à une forme originelle qui existe depuis longtemps dans laquelle quelques individus partagent le véhicule, les frais, etc. En 2008 une étude de l’ADEME estimait à 50 000 les adeptes de cette pratique en France qui est très compliquée du point de vue pratique et administratif (partage des frais, assurance).

Certains acteurs de la location entre particuliers comme Deways s’étaient lancés avec ce modèle en tête, mais ce type de service a finalement pris une forme différente si bien que cet usage n’est pas favorisé aujourd’hui.
Ford veut proposer une technologie et des outils qui simplifient le partage à plusieurs. Cela peut être très pratique au sein d’une entreprise pour simplifier la gestion de flotte. Ou au sein d’une association, d’une collectivité. Entre particuliers cela serait une aide mais si la question de l’assurance et du partage de frais ne sont pas réglés il reste encore des points à traiter. Toutefois l’offre de Ford pourrait aussi intéresser des opérateurs d’auto partage, par exemple au sein d’un immeuble. http://techno-car.fr/ford-invente-la-location-partagee/

Comment un prêt de voiture a fait le succès d’une start-up

Comment un prêt de voiture a fait le succès d’une start-up

Nous sommes heureux de publier aujourd’hui une traduction (réalisée par ) de l’article consacré par le Financial Times à Deways, pionnier français de la location de voiture entre particuliers. Le journaliste du Financial Times a interviewé Alexandre Grandremy et Gary Cohen, les cofondateurs de Deways. L’article a été édité par Ghislain Delabie, qui suit Deways et contribue à son développement depuis 2011.

Deways fut non seulement un pionnier de la location de voiture entre particuliers, mais ils portent une vision originale encore aujourd’hui, centrée sur les communautés d’utilisateurs et les services aux propriétaires. À côté d’acteurs dominants dont le modèle économique repose sur un marketing coûteux, Deways vise une approche plus locale, auto-entretenue et rentable à court terme. Nous sommes impatients d’observer leurs développements en 2015 et l’évolution de ce marché passionnant.

Deways fait partie de ces acteurs des nouvelles mobilités qui participent au rayonnement de la French Tech, attirant l’attention des media et des acteurs étrangers, qui s’étonnent bien souvent du foisonnement et de la concurrence des idées, des services et des acteurs que l’on trouve depuis plusieurs années en France. Lire la suite « Comment un prêt de voiture a fait le succès d’une start-up »

Consommation collaborative et mobilité sous les projecteurs

Mobilité et consommation collaborative au JT de TF1 - Deways
Mobilité et consommation collaborative au JT de TF1

TF1 a diffusé hier soir un sujet sur la consommation collaborative lors de son journal du 20H. C’est l’une des premières fois en France que la consommation collaborative reçoit une aussi grande exposition, auprès de sept millions de téléspectateurs (Source : TF1), pendant plus de 3 minutes.

La vidéo et la présentation des différents services choisis par TF1 sont disponibles sur le blog de Deways.

J’ai surtout été surpris de constater que sur 5 services présentés ou mentionnés, 4 avaient un lien direct avec la mobilité et les voyages. C’est bien plus que la proportion d’entreprises de l’économie collaborative qui se consacrent à ce sujet, et cela m’inspire quelques réflexions dans ce billet. Lire la suite « Consommation collaborative et mobilité sous les projecteurs »

Autolib’, un an déjà de controverses

Articles Direct Matin dithyrambiques sur Autolib
Bolloré, Direct matin et Autolib’. Source : ACRIMED

Un an après son lancement, c’est l’heure du premier bilan pour Autolib’. Depuis un mois les commentaires officiels ou officieux, critiques ou élogieux, emplissent l’actualité de la mobilité. Bolloré et les collectivités locales se félicitent du succès du lancement, des adhésions, d’un équilibre économique du service attendu plus tôt que prévu. Tout est rose au pays d’Autolib’ (cf. montage ci-contre diffusé par l’ACRIMED sur le traitement médiatique d’Autolib’ par Direct Matin, propriété de Bolloré)

Parmi les critiques de la première heure, il y a ceux qui maintiennent mordicus leur position, extrêmes de tous bords se rejoignant pour une fois dans une position commune : écologistes anti-nucléaires donc anti électricité, donc anti-VE, donc anti-Autolib’ qui retrouvent le plus traditionnel lobby « pro-bagnole » pour qui Autolib’ est une oeuvre « bobo-socialo-écolo », une machination contre la libre circulation des voitures dans les bouchons parisiens et le libre stationnement des même véhicules dans des parkings dont le coût ne cesse de croître. Il y a aussi ceux qui mangent leur chapeau parmi les projets concurrents : et si le projet porté par Bolloré était finalement un succès technique et financier. Pire encore, ce projet pourrait malgré tout ouvrir de nouveaux horizons pour les services de mobilité…

J’ai écrit plusieurs articles sur ce blog au sujet d’Autolib’ (parmi les plus populaires) et j’en écrirai d’autres, impossible donc d’échapper à un petit commentaire personnel, que j’appuierai sur 2 lectures récentes : un billet de Bernard Jullien, directeur du Gerpisa, sur le blog autoactu.com, et une étude de satisfaction réalisée par la CLCV auprès de clients d’Autolib’. Lire la suite « Autolib’, un an déjà de controverses »

Consommation collaborative et mobilité : l’innovation dans la confiance

OuiShare Tour Lyon 2012Jeudi soir à Lyon, c’était le OuiShare Tour, organisé par Antonin Léonard et Edwin Mootoosamy (Ouishare.net) et Guillaume Jarret (Sejourning).

Le concept, simple et sympathique, est de se réunir pour prendre un verre tout en discutant de la consommation collaborative (Qu’est-ce que c’est ? D’où cela vient-il ? Comme la développer ?) et de projets concrets existants ou à venir.

Parmi les projets, si on a bien sûr parlé de Deways, on a aussi parlé de Sejourning (le airbnb français qui propose de louer l’appartement d’un particulier), de la Ruche qui dit Oui (génial pour consommer localement des produits fermiers et artisanaux, à tester absolument) et d’un nouveau service de Leetchi (service web gratuit et sécurisé qui permet de récolter de l’argent à plusieurs pour anniversaires et week-ends).

Au-delà des projets officiels présentés pendant l’événement, on trouvait dans la salle de super projets en cours de développement, parmi lesquels Résidéclic, un réseau social pour les copropriétés, et CoPark, un projet de partage de parkings en entreprise.

Inutile de dire qu’on attend avec impatience les prochaines occasions de OuiShare Drink dans d’autres villes… et de revenir à Lyon retrouver les nouveaux Dewayseurs nous ayant rejoint suite à la soirée. Lire la suite « Consommation collaborative et mobilité : l’innovation dans la confiance »