Open Data et transports : l’Afrique a tant à nous apprendre !

à la UneOpen Data et transports : l’Afrique a tant à nous apprendre !

Les systèmes de mobilité informelle et les plateformes de données et Open Data en Afrique. Une très belle journée d’échanges organisée par l’AFD (Agence Française de Développement) qui commence à prendre ces sujets au sérieux comme levier d’amélioration des systèmes de transport dans les pays où elle intervient, donc de valorisation de ses investissements. Échanges inspirants avec des intervenants et porteurs de projet de grande qualité !

Digital Matatus à Nairobi au Kenya, Transport For Cairo en Egypte, Accra Mobility au Ghana mettent en avant le potentiel de ces transports dits « artisanaux », pour une ville résiliente et fluide. Quelles sont les conditions pour que du « chaos » émerge un système remarquablement structuré, intégré et adapté à la demande ? Mohamed Hegazy (Transport for Cairo) et Jacqueline Klopp (Columbia University) ont brillamment démontré qu’il faut :

  1. prendre en compte les transports artisanaux dans l’urbanisme, donc visualiser et analyser les flux, les usages et les pratiques
  2. implémenter des régulations adaptées et/ou des systèmes d’incitation pour améliorer la sécurité (routière, agressions, harcèlement), la performance des véhicules et leur impact environnemental
  3. assurer une intégration optimale avec les transports publics lourds (bus, métro, train) pour limiter la concurrence et améliorer l’efficacité du système.

Sur chacun de ces trois sujets une donnée accessible et de qualité est essentielle. Données sur le plan de transport (qu’il faut générer car elle n’existe pas a priori), sur la fréquence, les temps de parcours et la fiabilité de l’offre, et sur l’expérience de mobilité (confort, service, risques d’agression ou de harcèlement).  Lire la suite « Open Data et transports : l’Afrique a tant à nous apprendre ! »

Publicités

Qui gagnera la bataille de l’espace public ? La ville à l’épreuve du « vélo à la demande »

Qui gagnera la bataille de l’espace public ?   La ville à l’épreuve du « vélo à la demande »

L’avenir de la ville sera le vélo ou ne sera pas. En tout cas, c’est l’impression que j’ai eue en passant deux jours sur le salon Autonomy. Alors que l’année précédente j’étais repartie en pensant que nous allions tous rouler en véhicules autonomes dès le lendemain, pour cette deuxième édition du salon Autonomy, je n’arrête pas de me demander – sûrement chassés par des hardes de vélos – où ils sont passés. Plus de navette autonome ou de drone passager, même si j’en ai entendu parler. Pendant ces deux jours, il m’a semblé n’avoir vu que des vélos, n’avoir parlé que vélos et n’avoir entendu que vélos, de préférence électriques, et plus particulièrement sous forme servicielle.

DSC_1370.jpg
Stands OFO et Indigo Wheels au Salon Autonony (crédit: Julie Braka)

 

C’est peut-être un peu exagéré, mais objectivement 50 % des stands et des espaces du salon étaient dédiés au vélo et celui-ci tenait une place significative dans les discussions lors des nombreuses conférences. À l’heure où Paris s’apprête à changer son opérateur historique de vélos en libre-service (VLS) avec lequel elle avait ouvert la voie à ce type de service de mobilité pour de nombreuses villes et capitales du monde entier, on a la sensation de se retrouver au temps des pionniers et d’être le témoin d’une ruée vers l’or, où le premier en place s’accaparera le filon du vélo en libre-service (pour autant qu’il existe), sans se soucier des externalités négatives qu’il pourrait engendrer. Lire la suite « Qui gagnera la bataille de l’espace public ? La ville à l’épreuve du « vélo à la demande » »

Collaborative Economy Honeycomb

Une vue 360 degrés de la richesse de la Sharing Economy. Et qui s’étend sans cesse sur de nouveaux champs : quels seront les prochains ?
Les transports / mobilités sont un champ d’application important depuis le début, avec des modèles économiques parfois déjà robustes, et d’autres à mûrir.
http://www.web-strategist.com/blog/2014/12/07/collaborative-economy-honeycomb-2-watch-it-grow/

Fermeture du service Twizy Way

Fermeture du service Twizy Way

Nous apprenons aujourd’hui la fermeture du service Twizy Way à Saint-Quentin en Yvelines.

Ce service avait été mis en test par Renault, en collaboration avec la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin en Yvelines (CASQY). Après un an d’expérimentation, en septembre 2013, Renault avait confié l’exploitation l’exploitation du service à une PME spécialisée dans l’autopartage, Keymoov.

Après une interruption du service au début de l’été 2014, au prétexte de mettre à jour la technologie des véhicules, Keymoov a annoncé aujourd’hui à ses clients que le service était définitivement fermé, ce que beaucoup d’utilisateurs et de proches du dossier pressentaient.

Chers clients,L’équipe Twizy Way a le regret de vous annoncer la fermeture définitive de son service.

Twizy Way avait fermé temporairement ses portes en mi-juillet afin de préparer son évolution en termes de nom et de technologies.

Cependant, Twizy Way n’ayant pu bénéficier des subventions nécessaires pour relancer le service, nous sommes dans l’obligation de fermer définitivement Twizy Way.

Nous souhaitons vous remercier pour la confiance que vous nous avez accordée tout au long de cette dernière année.

Fidèlement,

L’équipe TwizyWay BY KEYMOOV

En juillet dernier Keymoov avait annoncé un « arrêt temporaire » du service en des termes beaucoup plus prudents.

La CASQY a décidé de ne pas renouveler son soutien financier, sur fond de dissensions entre les entrepreneurs à l’origine du projet Keymoov. Ce projet, qui fut une belle réussite en terme de démonstrateur du véhicule Twizy, présentait des limitations sur son territoire desservi et sur le service lui-même qui le rendaient difficilement viable sans soutien de la collectivité et avec le portage d’une PME.

La SNCF développe l’expérience mobilité de ses clients

Photo transsibérien
Le transsibérien

Ces derniers temps je voyage régulièrement en train (cf. article précédent sur une expérience de TGV), après quelques mois plutôt calmes, et je me suis rendu compte de quelques changements intéressants dans mon expérience de voyageur.

Le vrai changement, peut-être, c’est que j’ai de plus en plus le sentiment que la SNCF (et son personnel) se soucie de mon expérience voyageur, aussi bien lorsque je voyage pour affaires qu’en famille pour les vacances. Lire la suite « La SNCF développe l’expérience mobilité de ses clients »

Petite expérience multimodale en TGV

Le panier repas remis par SNCF Assistance "Pour mieux vivre l'imprévu jusqu'à destination"
Panier repas SNCF Assistance « Pour mieux vivre l’imprévu jusqu’à destination »

Le train est un moyen de transport que j’apprécie énormément pour la plupart des voyages. J’appréciais le train lors de longs voyages en Asie pour sa lenteur et les rencontres. J’apprécie le train de banlieue par rapport au RER ou au métro, et j’adore le TGV. Lorsque c’est un moyen de transport accessible je préfère donc ce mode de transport à la voiture.

Voyager en train, c’est choisir la « multimodalité » : il faut aller à la gare, prendre parfois plusieurs correspondances, finalement se rendre à la destination finale une fois descendu du train. Cette multimodalité est en général facile parce que les gares sont censées être conçues pour cela, mais parfois, un grain de sable, et tout dérape… sans que ce ne soit pas de la faute de qui que ce soit.

Ainsi un simple voyage Paris – Rennes peut réserver quelques surprises et des rebondissements. J’utilise mon expérience d’aujourd’hui pour illustrer concrètement l’organisation de la SNCF pour gérer les imprévus (cela s’améliore beaucoup je trouve) et les conséquences en chaîne d’un événement unique sur l’ensemble d’un parcours multi-modal. Lire la suite « Petite expérience multimodale en TGV »

Consommation collaborative et mobilité sous les projecteurs

Mobilité et consommation collaborative au JT de TF1 - Deways
Mobilité et consommation collaborative au JT de TF1

TF1 a diffusé hier soir un sujet sur la consommation collaborative lors de son journal du 20H. C’est l’une des premières fois en France que la consommation collaborative reçoit une aussi grande exposition, auprès de sept millions de téléspectateurs (Source : TF1), pendant plus de 3 minutes.

La vidéo et la présentation des différents services choisis par TF1 sont disponibles sur le blog de Deways.

J’ai surtout été surpris de constater que sur 5 services présentés ou mentionnés, 4 avaient un lien direct avec la mobilité et les voyages. C’est bien plus que la proportion d’entreprises de l’économie collaborative qui se consacrent à ce sujet, et cela m’inspire quelques réflexions dans ce billet. Lire la suite « Consommation collaborative et mobilité sous les projecteurs »