WoCoMoCo 2016

WoCoMoCo 2016

WoCoMoCo is World Collaborative Mobility Congress. Its 4th edition is held in Warsaw. This article is in English and will be updated regularly during these two days with thoughts and a summary of what happens.

Please feel free to offer comments & contents & lins to your presentation or additional materials related to the conference. It will add them to the main article.

Below is WoCoMoCo 2016 official program.

Lire la suite « WoCoMoCo 2016 »

Publicités

Repenser le stationnement dans les nouveaux quartiers

Repenser le stationnement dans les nouveaux quartiers

Qu’est-ce qu’un quartier urbain où les mobilités seraient apaisées, qui serait attractif, où le foncier dédié au stationnement serait limité au minimum requis, tout en accompagnant à long terme la « démotorisation » des villes ?

Comment faire en sorte que le stationnement ne se résume pas à une norme statique fixée par le PLU, pour le meilleur comme le pire, mais toujours de manière rigide donc limitée ? Comment raisonner au-delà de la question foncière et financière, tout en l’intégrant pour en faire un levier de développement de pratiques de mobilité vertueuses ?

Le défi du stationnement dans les nouveaux quartiers

  
C’est l’un des sujets auquel l’équipe-projet « Le(s) Belvédère(s) » s’est attaquée dans le cadre de la procédure compétitive menée par l’EPA Bordeaux Euratlantique, et j’ai eu l’honneur de me voir confié cette réflexion. Aborder les mobilités, et en particulier le stationnement, sur un nouveau quartier comportant des dizaines de milliers de mètres carrés de bureaux, plus de 1 000 logements, des surfaces commerciales, et de loisirs, un centre culturel et évènementiel, de équipements publics, c’est un beau défi.

Défi que je résumerais de la manière suivante : comment limiter et intégrer au mieux dans le quartier la circulation automobile, réduire le poids du foncier consacré au stationnement (pour faire autre chose avec et limiter son impact !), tout en offrant une meilleure qualité de service aux usagers du stationnement et en augmentant l’attractivité (donc en sélectionnant les usages de stationnement qui ont du sens et sont importants de ce nouveau quartier en entrée d’agglomération ? Le tout avec une vision de long terme anticipant sur l’évolution des besoins de mobilité (les dernières enquêtes ménage déplacement – EMD – de métropoles le démontrent) conduisant à terme à une démotorisation progressive dans les quartiers urbains ?  

 
 

Pourquoi du foisonnement ?

La solution présentée pour ce projet comportant 8 parcs de stationnement de petite taille répartis sur le quartier, conduit à mutualiser dès le départ les places de stationnement afin d’effectuer du foisonnement entre les usages (commerces de destination type salle de sport, certains salariés d’entreprises, résidentiel), tout en satisfaisant les intérêts et attentes de chacun :

  • Les résidents veulent une garantie de stationnement et un sentiment de garder le contrôle ;
  • Les commerces voudraient bien des places de stationnement mais n’y ont pas droit et/ou ne veulent pas payer pour. Ils sont aussi intéressées (en particulier les hôtels) par des services à valeur ajoutée pour leurs clients (réservation à l’avance, inclure le stationnement dans la prestation, etc) ;
  • Les entreprises ont besoin de garantir une accessibilité minimale à leurs employés, quand bien même ils mettent en avant l’accessibilité par les transports en commun et les modes actifs (Le Belvédère sera situé à 7mn de la gare Saint-Jean en TCSP) ;
  • La collectivité souhaite éviter le stationnement sauvage et limiter la circulation automobile à destination et dans le quartier.

  
La solution proposée avec Parking Facile (j’ai l’occasion de travailler sur d’autres dossiers avec ZenPark et d’autres encore) ne consiste pas simplement en une appli mobile couplée à une barrière automatique pour gérer les entrées / sorties d’utilisateurs réguliers ou occasionnel. La solution repose sur un nouveau modèle de la possession des places, de leur accès, des droits afférents, du modèle économique et des règles de gestion. La solution doit permettre de garantir l’effectivité des droits et devoirs de l’ensemble des utilisateurs, définis collectivement (qui a le droit d’accéder, à quels conditions, avec quelle priorité ?).

Impacts d’un stationnement foisonné

  

   
Le résultat, c’est une solution qui permet de construire 150 places de moins (sur plus de 1 000 places réparties dans 8 parcs) tout en garantissant un niveau de service supérieur à ce que produirait le respect du PLU sans foisonnement. En particulier la capacité de stationnement disponible pour les bureaux augmente, au minimum, d’un tiers, pour l’hôtel de 25%, pour les commerces elle double. Dans la pratique les gains seront encore plus importants. En même temps la tarification différenciée permet de limiter des effets rebonds provoqués par cette offre supplémentaire de stationnement : les clients des commerces et de l’hôtel paieront pour stationner, et les salariés accèderont à un abonnement à prix attractif mais favorisant le report modal. Quant aux résidents, s’ils pourront accueillir facilement des visiteurs, ils auront tout intérêt à abandonner leur véhicule à terme, tandis que leur place de stationnement génèrera des revenus.

Au-delà de cela, la solution intègre la possibilité de stationner la voiture à l’extérieur du quartier dans des parcs de stationnement existants et d’utiliser les transports en commun pour l’accès au site. Elle offre des leviers pour développer les solutions d’autopartage et d’usage du vélo à l’échelle du quartier.

J’aurai l’occasion de revenir plus en détails dans de futurs articles sur différents modèles permettant d’aboutir à un foisonnement efficace du stationnement, et surtout la manière dont cet outil peut s’intégrer dans un politique de mobilité et servir de levier au développement d’alternatives à la voiture autosoliste et possédée.

Si vous appréciez ce concept de stationnement mutualisé, visualisez et likez la vidéo ci-dessous présentant le projet, et discutons-en prochainement !

 

Comment un prêt de voiture a fait le succès d’une start-up

Comment un prêt de voiture a fait le succès d’une start-up

Nous sommes heureux de publier aujourd’hui une traduction (réalisée par ) de l’article consacré par le Financial Times à Deways, pionnier français de la location de voiture entre particuliers. Le journaliste du Financial Times a interviewé Alexandre Grandremy et Gary Cohen, les cofondateurs de Deways. L’article a été édité par Ghislain Delabie, qui suit Deways et contribue à son développement depuis 2011.

Deways fut non seulement un pionnier de la location de voiture entre particuliers, mais ils portent une vision originale encore aujourd’hui, centrée sur les communautés d’utilisateurs et les services aux propriétaires. À côté d’acteurs dominants dont le modèle économique repose sur un marketing coûteux, Deways vise une approche plus locale, auto-entretenue et rentable à court terme. Nous sommes impatients d’observer leurs développements en 2015 et l’évolution de ce marché passionnant.

Deways fait partie de ces acteurs des nouvelles mobilités qui participent au rayonnement de la French Tech, attirant l’attention des media et des acteurs étrangers, qui s’étonnent bien souvent du foisonnement et de la concurrence des idées, des services et des acteurs que l’on trouve depuis plusieurs années en France. Lire la suite « Comment un prêt de voiture a fait le succès d’une start-up »

Consommation collaborative et mobilité sous les projecteurs

Mobilité et consommation collaborative au JT de TF1 - Deways
Mobilité et consommation collaborative au JT de TF1

TF1 a diffusé hier soir un sujet sur la consommation collaborative lors de son journal du 20H. C’est l’une des premières fois en France que la consommation collaborative reçoit une aussi grande exposition, auprès de sept millions de téléspectateurs (Source : TF1), pendant plus de 3 minutes.

La vidéo et la présentation des différents services choisis par TF1 sont disponibles sur le blog de Deways.

J’ai surtout été surpris de constater que sur 5 services présentés ou mentionnés, 4 avaient un lien direct avec la mobilité et les voyages. C’est bien plus que la proportion d’entreprises de l’économie collaborative qui se consacrent à ce sujet, et cela m’inspire quelques réflexions dans ce billet. Lire la suite « Consommation collaborative et mobilité sous les projecteurs »

Consommation collaborative et mobilité : l’innovation dans la confiance

OuiShare Tour Lyon 2012Jeudi soir à Lyon, c’était le OuiShare Tour, organisé par Antonin Léonard et Edwin Mootoosamy (Ouishare.net) et Guillaume Jarret (Sejourning).

Le concept, simple et sympathique, est de se réunir pour prendre un verre tout en discutant de la consommation collaborative (Qu’est-ce que c’est ? D’où cela vient-il ? Comme la développer ?) et de projets concrets existants ou à venir.

Parmi les projets, si on a bien sûr parlé de Deways, on a aussi parlé de Sejourning (le airbnb français qui propose de louer l’appartement d’un particulier), de la Ruche qui dit Oui (génial pour consommer localement des produits fermiers et artisanaux, à tester absolument) et d’un nouveau service de Leetchi (service web gratuit et sécurisé qui permet de récolter de l’argent à plusieurs pour anniversaires et week-ends).

Au-delà des projets officiels présentés pendant l’événement, on trouvait dans la salle de super projets en cours de développement, parmi lesquels Résidéclic, un réseau social pour les copropriétés, et CoPark, un projet de partage de parkings en entreprise.

Inutile de dire qu’on attend avec impatience les prochaines occasions de OuiShare Drink dans d’autres villes… et de revenir à Lyon retrouver les nouveaux Dewayseurs nous ayant rejoint suite à la soirée. Lire la suite « Consommation collaborative et mobilité : l’innovation dans la confiance »

Intervention au OuiShare Tour 2012 à Lyon

Le OuiShare Tour est organisé dans 10 ville françaises pour faire connaître la consommation collaborative, susciter et soutenir des projets locaux.

Aujourd’hui le OuiShare Tour est de passage à Lyon. J’y présenterai Deways et nos nouveaux projets sur Lyon. L’occasion aussi de rencontrer les acteurs locaux de l’économie collaborative et prendre de bons contacts pour les projets et travaux à venir.

Nous offrirons aux participants du OuiShare Tour Lyon des codes réduction pour utiliser Deways lors d’une prochaine location.

Plus de détails sur la page liée à cet event.

La consommation collaborative et l’Identité Numérique : le chaînon manquant de la confiance

La consommation collaborative et l’Identité Numérique : le chaînon manquant de la confiance

La consommation collaborative se développe dans tous les domaines : hébergement collaboratif, partage de biens, de services et de connaissances, création de monnaies alternatives. La consommation collaborative trouve aussi de très belles applications à la mobilité : le covoiturage, qui décolle en Europe, et la location de voitures entre particuliers, qui fait le buzz actuellement. La consommation collaborative est même devenue une communauté qui se structure, partage et agit, par exemple via le site Ouishare.

L’identité Numérique, c’est une offre de La Poste qui permet de fournir des garanties sur l’identité et l’adresse physique d’un individu, mais c’est surtout un enjeu majeur du développement de la consommation collaborative. En effet la confiance entre les individus est essentielle au développement de cette nouvelle forme de consommation. A quelle condition peut-on accepter de louer sa voiture à un inconnu (ex : sur Deways) ou bien d’aller passer une nuit dans l’appartement d’un inconnu (ex : sur airbnb) ? À la condition express d’avoir un faisceau d’éléments et de garanties instituant une confiance réciproque…

Lire la suite « La consommation collaborative et l’Identité Numérique : le chaînon manquant de la confiance »