L’arrivée de GM signe la victoire de la vision de Tesla

GM annonce sa Bolt pour 2017 à un prix et une autonomie qui entrent en compétition avec la future Model 3 de Tesla. Une voiture à 35 000 euro avec une autonomie supérieure à 400km (autonomie réelle de 250-300km en toutes conditions donc). Une voiture attractive pour la majorité de ceux qui ont les moyens et l’envie d’acheter une voiture neuve (rappelons que ces gens-là, en-dehors des entreprises, sont une espère rare et vieillissante).

Cette voiture qui arrive sur le marché de la part d’un constructeur majeur, en concurrence de Tesla, vient valider la vision par Elon Musk d’un véhicule électrique abordable et performant. GM et plusieurs constructeurs majeurs investissent désormais des sommes considérables pour accélérer leurs programmes et ne pas laisser Tesla s’installer seul sur ce marché.

Vous me direz, valider la vision de Musk pourrait signer la fin de Tesla si les grands constructeurs parviennent à produire des véhicules rapidement, alors que Tesla doit faire face à de nombreux défis d’ingénierie, de logistique et de financement. Pas si sûr, si on tient compte de quelques éléments : la Model 3 sera d’un standing et de réforme ces nettement supérieurs à la Bolt, à un prix équivalent ; Tesla a pris les moyens nécessaires pour produire en masse le véhicule (notamment pour la production de batteries) ce qui n’est pas avéré pour GM et les autres ; Tesla ne se conçoit toujours pas comme un simple constructeur de voitures, il a intégré dans sa vision de long terme la mobilité autonome et partagée.

http://www.bloomberg.com/news/articles/2016-09-16/elon-musk-wanted-a-race-now-he-has-one

Publicités

5 raisons pour lesquelles les batteries stationnaires #Tesla n’ont pas d’avenir en France… À court terme !

Pour qu’un système de batterie stationnaire domestique comme le Tesla PowerWall ait un débouché commercial pérenne, il faut réunir quelques-unes des conditions ci-dessous : – Avoir des cours de l’énergie très variables et plutôt élevés
– Que l’énergie solaire (voire éolienne) soit très développée sur le territoire chez les particuliers
– Que le réseau électrique soit peu fiable ou sujet aux risques de black-out ou dysfonctionnements pour une grande partie de la population, notamment du fait des particularités géographiques du territoire
– Que le réseau électrique soit ouvert et que l’on puisse facilement monétiser des « services rendus au réseau » comme de l’équilibrage, de la régulation de fréquence, etc.
– Que la réglementation incite et/ou autorise largement l’auto-consommation d’électricité et la commercialisation à des tiers

Globalement la France ne satisfait à aucune de ces cinq quotidiens et l’Australie à touts. Ce qui explique pourquoi Tesla démarre la commercialisation du PowerWall dans ce pays et que Bolloré s’intéresse pour ses propres systèmes de batteries stationnaires plutôt au marché africain où il est très présent.

Après à long terme, les batteries stationnaires comme les services V2G (Vehicle to Grid des véhicules électriques pourraient finir par trouver des applications utiles en France. Mais il reste quelques verrous à débloquer.

http://mashable.com/2016/01/28/first-tesla-powerwall/?utm_cid=mash-com-li-pete-link#Q1ai14dZggqg

Le scandale #Volkswagen : comment renforcer les liens entre le constructeur et ses clients

Une vague de rappel qui concerne 940 000 véhicules, mais seulement 150 000 propriétaires clairement identifiés ayant pris contact (quid des autres parmi les 600 000 contacts clients ?). Cela illustre le lien assez lâché entre la marque et ses clients, passé 2 à 3 ans. La marque possède certes un lien avec l’acheteur du véhicule. Mais 1 fois sur 2 il s’agit d’un gestionnaire de flotte qui n’est pas forcément l’utilisateur. Les autres sont des particuliers, mais sur un segment très particulier, puisque l’acheteur a une moyenne d’âge de 54 ans.

Après 3 ans une grande partie des véhicules passe sur le marché de l’occasion, change de mains, l’utilisateur est très différent (souvent un particulier, d’âge et de situation de famille différents). Surtout le taux de fidélité au réseau de maintenance du constructeur chute drastiquement. Volkswagen annonce qu’au moins 30% des propriétaires de véhicules qui se sont manifestés ne sont pas clients du réseau pour la maintenance. Mais ceux qui se sont manifestés (un sixième apparemment) sont aussi les plus proches de la marque.

La connaissance des clients et le lien à long terme sont un immense défi pour les constructeurs automobile qui dépensent beaucoup en études marketing pour essayer de comprendre leurs clients, quand Samsung et Apple connaissent tout de chacun de leurs clients : qui ils sont, où ils sont, ce qu’ils aiment, ce qu’ils font, ce qu’ils n’aiment pas et ne font pas, et surtout comment ils utilisent réellement leur smartphone.

Un acteur comme Tesla a développé une relation similaire avec ses clients, ce qui a un impact sur le développement de ses nouveaux modèles mais aussi sur le service client offert. Après tout Tesla dans un situation des ce type aurait probablement déjà réglé le problème par mise à jour à distance du véhicule (ils ont déjà corrigé certains problèmes de cette façon). Avec non seulement une économie à la clef, mais la garantie que la mise à jour est faite (combien ne feront pas la mise à jour Volkswagen ?) et la possibilité de marquer des points auprès du client (simplicité et efficacité du correctif).

VW détaille son plan de rappel de véhicules en France

La Tesla, voiture de fonction parfaite ?

Outre son standing, ses performances et son côté hype, Tesla offre un écosystème complet et une visibilité sur la revente (ce dont souffrent les autres VE dans leur TCO) très appréciables.

Surtout, le petit secret : la TVS à 0€ chaque année apporte un gain annuel de plus de 1000€ pour une berline de cette catégorie.

La croissance des ventes est certainement devant plutôt que derrière.

Et si un constructeur #automobile mettait vraiment le client au centre de ses préoccupations ?

Souvenez-vous de Toyota, ses airbags et ses accélérations intempestives. De General Motors et son commutateur d’allumage. Des années pour reconnaître et traiter le problème. De lourdes sanctions aux US (pas ailleurs malheureusement).
C’est ici : http://m.lesechos.fr/redirect_article.php?id=021334765464&fw=1

Et voici la réaction de Tesla, sans attendre un accident.
http://www.romandie.com/news/651121.rom

J’en conviens c’est un petit problème, et peu coûteux à corriger. Et Tesla vend des voitures à 70k€ pièce. Toutefois l’attitude de Tesla me semble significative.
À méditer…

Désormais les constructeurs #automobile sont des (pas toujours fast) followers

L’exemple avec Audi vis à vis de Tesla, en déployant un réseau de Super Chargers 4 ans après. Les autres ne savent toujours pas ce qu’ils vont faire.

http://www.moteurnature.com/actu/uneactu.php?news_id=28124
Il faudra tout de même penser à la mutualisation des infras de recharge. Tesla a ouvert la porte il y a plus d’un an. Personne ne s’en est saisi. Gap culturel…

La #Tesla Model S #Autopilot : un #smartphone haut de gamme avec 4 roues

C’est du moins le ressenti de Numerama à l’essai de la Tesla Autopilot. Et ils adorent !
https://youtu.be/ZMQ4k-DYe8k
Un must-read qui traduit l’expérience Tesla conduite automatisée et l’approche centrée sur l’expérience utilisateur.
http://www.numerama.com/tech/131459-tesla-model-s-test-du-pilotage-automatique.html