Le tabou de la gratuité

Le tabou de la gratuité

Je ne suis pas un expert des transports en commun stricto sensu, et de leurs modèles économiques. Néanmoins j’ai eu l’occasion à maintes reprises de constater un tabou parmi les experts, les consultants et les bureaux d’étude s’intéressant au sujet : la gratuité, ou plus généralement l’idée de forfait à usage illimité pour les transports en commun. Lire la suite « Le tabou de la gratuité »

L’utopie collaborative peut-elle renaître pragmatique ?

L’utopie collaborative peut-elle renaître pragmatique ?

Je viens de lire l‘excellent article provocateur et révolté d’Arthur de Grave chez OuiShare, qui dresse l’éloge funèbre de « l’économie collaborative ». Après tout quand l’on crée un concept, comme OuiShare y a contribué pour « l’économie collaborative », n’est-on pas en droit de l’enterrer ? Est-ce bien plus difficile ?

Je ne reviendrai pas en détails sur les très bons arguments mis en avant par Arthur pour expliquer que parler d’économie collaborative n’a peut-être plus de sens, si cela en a jamais eu en définitive. Car plus qu’un avis de décès, il pourrait bien s’agir plutôt de la reconnaissance de « naissance sans-vie » d’un concept qui se voulait dès le départ utopique autant que performatif. Bref, lisez l’article

Digital labor towards platform based social conflict - OSFest 2015.jpg
La problématique sociale liée aux plateformes – OuiShare Fest 2015

Lire la suite « L’utopie collaborative peut-elle renaître pragmatique ? »

Y aura-t-il un BlaBlaCar du covoiturage quotidien ?

Y aura-t-il un BlaBlaCar du covoiturage quotidien ?

Wayz-Up publie les résultats d’une étude interne portant sur le profil de ses covoitureurs. Cette étude en dit autant sur Wayz-Up et son positionnement que sur le covoiturage au quotidien en général : en Île de France il s’agit d’une pratique de convaincus qui apprécient autant la convivialité et les vertus écologiques de la pratique que son aspect financier (alors que dans le cas général l’aspect financier est primordial). Tout simplement parce que l’aspect financier n’est pas un fort élément déclencheur sur ce type de trajets avec les modèles économiques actuels. C’est donc aussi l’occasion de revenir sur le modèle adopté par cette startup et d’autres pour tenter de casser les verrous du covoiturage du quotidien, puis de s’interroger sur la manière dont nous pourrions sortir (par le haut !) du carcan du covoiturage tel qu’il a été très récemment défini. Le problème de fond selon moi depuis 10 ans, c’est que l’on veut appliquer au covoiturage courte distance du quotidien non seulement les recettes, mais aussi la réglementation et les modèles économiques qui se sont avérés plutôt adaptés au développement du covoiturage longue distance incarné par BlaBlaCar.

La conséquence de cela, c’est un profil de covoitureurs urbains, connectés, à situation socio-professionnelle favorable (travaillant dans un siège social). C’est très bien, mais cela ne change pas encore le monde, loin s’en faut !

Profil des covoitureurs Ways-Up - Des urbains connectés et à haut revenus qui valorisent la relation sociale et l'impact environnemental plus que le gain économique qui reste marginal
Profil des covoitureurs Ways-Up
Lire la suite « Y aura-t-il un BlaBlaCar du covoiturage quotidien ? »

Une nouvelle génération d’élites veut faire « sauter » la précédente

L’arrivée de la nouvelle génération de startups type Uber illustre un changement plus profond que celui des générations, un changement de profil des leaders de notre société. Des entrepreneurs qui ont tendance à remettre en cause l’ordre établi, y compris les lois, pour le meilleur comme pour le pire.

Le plus drôle finalement est certainement que se présentent en gentilles victimes ces « narcissiques productivistes » qui nous servent de dirigeants sans résultats probants depuis 30 ans ? Au fond, pourquoi ne pas essayer « autre chose », une nouvelle génération de leaders qui ont certes leurs travers mais aussi, peut-être, un peu d’énergie pour changer le monde ?
Cette révolution se déroule spécifiquement dans les transports, un domaine très protégé et régulé dont l’insuffisance de résultats positifs et concrets sur 30 ans de la part des élites (politiques et économiques) est visible de tous.
À lire pour comprendre les évolutions de modèle économique actuellement à l’œuvre.
https://www.linkedin.com/pulse/uber-airbnb-bookingcom-ces-nouveaux-acteurs-qui-les-cartes-karsenti?trk=hp-feed-article-title-hpm&forceNoSplash=true