Les liens ambivalents des constructeurs auto avec la Silicon Valley

Tantôt admiratifs et élogieux, tantôt méprisants et condescendants. Constructeurs automobiles et barbares de la Silicon Valley entretiennent les uns envers les autres des relations ambivalentes.

Cet article illustre comment le PdG de Daimler exprime de l’admiration pour le degré d’avancement de Google et Apple sur les véhicules autonomes après avoir vertement critiqué leurs efforts un an plus tôt. Il prend acte d’un rapport de force, notamment médiatique, qui a tendance à pencher en faveur de la Silicon Valley, perçue comme plus innovante lorsqu’il s’agit du numérique.

D’un autre côté un groupe comme Daimler a une relation de long terme à travers l’implantation d’un centre de R&D depuis 1995 et l’investissement dans Tesla à ses débuts. Quant aux géants du numérique ils savent exploiter le vivier de compétences de l’industrie automobile en attirant ses plus brillants éléments, cadres dirigeants ou équipes de recherche. La greffe ne prend pas toujours car le saut culturel à accomplir reste terrifiant. Mais les échanges existent clairement, quand bien même les modèles économiques demeurent aux antipodes.
http://9to5google.com/2016/01/25/daimler-ceo-was-surprised-of-googles-car-effort-and-progress-after-a-visit-to-silicon-valley/

Que doit faire une entreprise en concurrence avec #Google et #Apple ?

La réponse en image est très simple: mettre l’utilisateur au centre des préoccupations de l’entreprise, au centre du service.
Vous voulez de l’information sur votre consommateur ? Faites-le intelligemment, sans leur faire remplir un formulaire digne de la Sécurité Sociale ! Google a de meilleures informations sur ses clients que vous.
Vous voulez un produit adulé par vos clients ? Alors concevez-le pour eux, et pas pour vous. Et soyez intraitable d’exigence. La complexité doit être de votre côté, pas du côté des clients.

Et voyez-vous, tout cela trouve énormément d’applications dans le domaine de la mobilité. Google Now devine où vous habitez / travaillez, quels sont vos prochains rendez-vous,quand vous voudriez arriver à destination. Waze détermine tout seul les conditions de circulation et si vous êtes dans un bouchon. Il vous permet de signaler un incident d’un seul clic. Tesla effectue des mises à jour du logiciel pilotant les fonctions clef du véhicule automatiquement ou en un clic, sans passage par le concessionnaire.

Et vous qui avez une offre de transport ou de mobilité, un produit automobile, que faites-vous pour simplifier la vie de vos clients ? Connaissez-vous vos clients comme Google nous connaît ?

Le deep learning pour tous… grâce à #Google !

Google a plein de défauts mais une chose qu’on ne peut pas leur reprocher : les communs ils savent ce que c’est, ils savent à quoi ça sert, et quand ils Sky mettent ils ne font pas semblant ! Avis aux amateurs et à quelques industriels encore frileux à l’idée que l’on puisse « libérer » de la propriété intellectuelle sur un sujet stratégique !
https://www.aruco.com/2015/11/google-tensorflow-opensource/

Les applications au transport sont potentiellement très vastes et Google mériterait à ce titre d’intégrer la Fabrique des Mobilités !

Reconnaissons qu’il y a tout de même un truc : ce qui fait la valeur d’un système de Deep Learning ce ne sont pas seulement les algorithmes et le code, mais surtout les données permettant l’apprentissage. Et sur l’Open Data Google a encore un peu de chemin à parcourir 🙂

Véhicule autonome : les experts vont devoir se mettre d’accord !

Entre ceux qui voient des véhicules autonomes « pas avant 2030 » (comprenez, pas avant leur retraite !) et les visionnaires qui voient cela en 2020, il va bien falloir trancher.

Mais le plus intéressant est la chaîne de valeur présentée, la notion de plateforme appliquée à l’automobile, et l’identification d’une multitude de micro-besoins qu’il faudra satisfaire avec des véhicules adaptés.
http://www.visionmobile.com/blog/2015/11/self-driving-cars-are-about-platforms-not-about-cars/
Et ils sont où les constructeurs ? Tout en bas…