Mercedes est (peut-être) en train d’innover

 C’est l’histoire d’un (grand) constructeur automobile qui sort un SUV électrique, qui accélérera fort, qui est décrit comme un mix de « sensualité » et de « dynamique sportive » (à ce niveau ce n’est plus du poncif). Et bien cela fait partie d’une stratégie « ambitieuse » et « avant-gardiste » du constructeur en vue de sauver la planète !

Je vois les bâillements au fond de la salle, les sourires narquois, et je vous ai compris ! Rassurez-vous je ne suis pas là aujourd’hui pour vous blablater sur tout cela, mais pur relever l’inattendu : Mercedes est peut-être en train de pousser une innovation intéressante !

Je pourrais me contenter de la facilité, de pointer que Mercedes va lancer en 2020 un véhicule que Tesla a lancé il y a 5 ans, en moins bien et avec plein de concurrents. C’est déjà la honte. Ou revenir sur le fait que cette débauche de kW, de kWh et de sensualité n’a aucun sens, et certainement pas de sauver la planète. Ou relever le cynisme des dirigeants du constructeur automobile. A vrai dire je ne sais même pas pourquoi j’ai lu cet article : certes TechCrunch est un média respectable et intéressant, mais l’explication la plus sûre est mon besoin de procrastination dans le bus (même pas Mercedes). 

Perdu au milieu de tous ces kW et ce « Progressive Design », un détail a attiré mon attention : Mercedes va limiter (volontairement) la vitesse de ses véhicules à 112mph soit 180 km/h. On devine les raisons techniques derrière, et la limite est suffisamment élevée pour n’être qualifiée ni d’écologique ni de sécuritaire, mais la logique demeure intéressante pour un constructeur allemand. 

En faisant un effort supplémentaire de 30 ou 40 km/h on arriverait à un véhicule qui répondrait à tous les besoins de l’utilisateur ainsi qu’à quelques impératifs sociétaux. Il s’agit d’une limite fixe, à laquelle Mercedes se risque à ajouter un outil « ECO » qui se propose d’anticiper sur les changements de vitesse limite et les cotes pour améliorer la récupération d’énergie au freinage. Un peu de nudge serait donc susceptible de conduire à une conduite plus apaisée en échange d’une petite extension d’autonomie. 

Je fais partie de ceux qui attendent avec impatience que les constructeurs automobiles innovent, par exemple en me permettant de conduire dans un parfait respect des limitations de vitesse (voire autres règles) malgré mon étourderie chronique, et qui empêche les usagers les plus dangereux de la route d’en faire vraiment trop (trop vite, trop bu, trop fatigué, trop distrait et connecté), de mettre en danger la vie de tous. Il s’agirait d’innovations qui sauveraient des vies à défaut de sauver la planète, et si Mercedes veut entrer dans la danse ils sont les bienvenus !

Commenter

%d blogueurs aiment cette page :