L’urbanisme tactique n’est pas une théorie

Une pratique au service du bien commun, l’urbanisme tactique appliqué à la mobilité

C’est une pratique ! Et il est bon de le rappeler. Cincinatti nous fournit un bon exemple, appliqué aux trotinnettes. Bien que des règles et politiques doivent être mises en oeuvre pour insérer cette nouvelle pratique dans le panel des mobilités actives et urbaines, il s’agit aussi d’expérimenter des solutions rapidement et pragmatiquement. D’apprendre de ce que l’on fait pour améliorer.

Être rapide, c’est du pragmatisme face à des acteurs qui déploient des solutions en quelques semaines. C’est être accueillant à l’innovation sans être crédule. C’est rechercher des solutions, accepter l’erreur, apprendre et servir l’intérêt général.

Dans le cas présent l’approche par l’urbanisme tactique a conduit à expérimenter des aires de stationnement pour les trotinnettes en les peignant au sol : rapide, peu coûteux et réversible, ce système permet d’apprendre vite si on exploite les données d’usage qu’il convient de demander aux opérateurs de ces services. Et il est bien plus simple de demander aux usagers et aux opérateurs de respecter des règles d’usage de l’espace public lorsque l’on peut proposer des choses concrètes, ici des espaces clairement délimités.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À Cincinatti l’initiative n’est pas celle de la ville ou de l’autorité de transport, c’est celle d’une agence de design urbain et de son fondateur activiste qui trouve profondément dommage de renoncer à plus de vélos, plus de trotinnettes, plus de mobilité active (ce que tout le monde, y compris politiques et autorités de transport, prétendent vouloir développer en masse) simplement parce que mettre en place des règles adaptées, faire évoluer les infrastructures et le design urbain prendra des années et coûtera cher. Car oui, l’urbanisme tactique est un outil dangereux, employé par des rebels de tout poil, y compris parmi les autorités. Le cas de la transformation de Time Square à New-York, en une nuit, est resté célèbre et illustre le potentiel disruptif de la démarche : mettre citoyens et décideurs en face des bénéfices potentiels du changement, parce que « l’essayer c’est l’adopter ». Les peintures au sol et les chaises déployées à titre expérimental ont permis de valider l’immense attractivité du lieu pour les habitants, les touristes et les visiteurs, et a conduit à un réaménagement complet ultérieurement pour 55M$.

Les habitants et visiteurs reprennent possession de Time Square. Aménagement léger qui sera pérennisé face au succès rencontré - Source : Département des Transports de New-York

Les habitants et visiteurs reprennent possession de Time Square. Aménagement léger qui sera pérennisé face au succès rencontré – Source : Département des Transports de New-York

La conversion polémique des voies sur berges à Paris entre dans la même catégorie : j’attends avec impatience la campagne électorale et d’écouter les candiddats qui viendront expliquer aux parisiens qu’il faut absolument remettre une autoroute urbaine là ils peuvent profiter d’un lieu de promenade, de loisirs et de circulation pour tous.

Dans l’exploration Mobility as Networks que nous menons au Lab Ouishare x Chronos depuis un an, nous avons étudié les applications de l’urbanisme tactique à la mobilité, notamment à travers le cas d’étude de la Ville de Rouen qui s’est lancée dans cette approche elle aussi. L’urbanisme tactique, ce n’est pas une théorie de plus, c’est une pratique pour apporter des solutions au service de l’intérêt général.

Commenter

%d blogueurs aiment cette page :