Les systèmes de mobilité informelle et les plateformes de données et Open Data en Afrique. Une très belle journée d’échanges organisée par l’AFD (Agence Française de Développement) qui commence à prendre ces sujets au sérieux comme levier d’amélioration des systèmes de transport dans les pays où elle intervient, donc de valorisation de ses investissements. Échanges inspirants avec des intervenants et porteurs de projet de grande qualité !

Digital Matatus à Nairobi au Kenya, Transport For Cairo en Egypte, Accra Mobility au Ghana mettent en avant le potentiel de ces transports dits « artisanaux », pour une ville résiliente et fluide. Quelles sont les conditions pour que du « chaos » émerge un système remarquablement structuré, intégré et adapté à la demande ? Mohamed Hegazy (Transport for Cairo) et Jacqueline Klopp (Columbia University) ont brillamment démontré qu’il faut :

  1. prendre en compte les transports artisanaux dans l’urbanisme, donc visualiser et analyser les flux, les usages et les pratiques
  2. implémenter des régulations adaptées et/ou des systèmes d’incitation pour améliorer la sécurité (routière, agressions, harcèlement), la performance des véhicules et leur impact environnemental
  3. assurer une intégration optimale avec les transports publics lourds (bus, métro, train) pour limiter la concurrence et améliorer l’efficacité du système.

Sur chacun de ces trois sujets une donnée accessible et de qualité est essentielle. Données sur le plan de transport (qu’il faut générer car elle n’existe pas a priori), sur la fréquence, les temps de parcours et la fiabilité de l’offre, et sur l’expérience de mobilité (confort, service, risques d’agression ou de harcèlement). 

Digital Matatus

Les matatus sont les minibus utilisés pour le transport artisanal à Nairobi, au Kenya, où aucune donnée sur le plan de transport n’était disponible avant le lancement du projet. Afin de créer une carte (papier et numérique) disponible pour tous, les données ont été collectées sur le terrain en équipant des groupes d’étudiants de téléphones mobiles avec une application de collecte de données. Les étudiants ont parcouru la ville pour identifier tous les arrêts informels, sur la base de leurs propres connaissances et de celles de la population.

Le travail avec toutes les parties prenantes du transport public comme informel à Nairobi a permis d’aboutir à la création à la fois d’une carte papier / numérique, et de son pendant exploitable en cartographie : les données au format GTFS sur l’ensemble du plan de transport.

Ces données ont permis le développement d’applis mobiles localement, comme ma3route ou matatumap, l’intégration à de grands outils comme Google Maps, et sont désormais utilisées par la Ville de Nairobi et l’agence de l’ONU pour l’Habitat (UN HABITAT) qui en reconnaissent l’utilité pour mieux concevoir, par exemple, le réseau de bus à haut niveau de service (BHNS) qui doit à terme améliorer la performance du réseau de transport et accompagner la croissance de la ville.

Accra Mobility

Le projet de cartographie des transports à Accra est ancré dans la communauté OpenStreetMap (OSM) qui l’a porté, soutenue par l’AFD. En particulier, un projet émanant de la communauté OSM s’est consacré à améliorer la plateforme pour mieux prendre en compte la cartographie de ce type de réseaux de transport. Jungle Bus est né pour identifier les « trotro », le nom local de ce mode de transport.

Le projet, en coopération avec les autorités locales, prend en compte le contexte d’une régulation qui demande l’enregistrement des lignes de « trotro », désormais représentées dans un plan de transport complet et détaillé.

Accra-Ghana-data-creation-mini
Cartographie animée du réseau de transport de la ville d’Accra (Ghana) – Source : Jungle Bus

 

L’approche Open Source pour les logiciels utilisés (en collecte, en analyse, en diffusion de données) et Open Data pour la diffusion des données sous une licence ouverte apparaît comme essentielle si on veut que ces projets passent à l’échelle, qu’ils puissent être répliqués, à faible coût. Pour un financer comme l’AFD c’est un moyen de s’assurer que l’argent investi aura un impact maximal. Certes financer une communauté ou des outils ouverts représente une complexité supplémentaire pour un financer public : comment m’assurer que l’argent finance explicitement des projets en lien avec mon objet social (l’aide au développement) et pas d’autres acteurs économiques. Une solution immédiate est d’exiger que les projets financés ouvrent les données et utilisent / contribuent à des outils sous une licence Open Source ou libre.

 

Cette démarche s’insère dans une approche globale menée par Accra Metropolitan Assembly (AMA) pour développer un écosystème avec des compétences locales, des applications et des réutilisations de la donnée. C’est un aspect très important du sujet qui doit faire l’objet de démarches de plus en plus poussées partout où ces projets se développent : construire localement un écosystème riche avec les compétences, les pratiques et les outils nécessaires pour contribuer à des projets globaux comme OSM et des projets plus spécifiques autour des transports ou d’autres services urbains. Il existe déjà de nombreuses communautés OSM en Afrique, actives, qui forment l’embryon de ce quel est possible d’accomplir en réunissant tous les acteurs ayant intérêt au développement de ces solutions.

Transport for Cairo

Ce projet extrêmement abouti en termes de vision et de compréhension des enjeux est porté par une équipe réunie autour de Mohamed Hegazi, et basée au Caire. Mohamed est à Paris jusqu’à début décembre si vous souhaitez le rencontrer et soutenir son projet.

Transport for Cairo part des mêmes constats que les autres projets similaires présentés, mais en applicant les mêmes principes à une ville bien plus grande comme Le Caire, il ouvre des perspectives sur la capacité de ce type de projet à changer d’échelle ! Le projet est ambitieux, il vise à cartographier d’ici l’an prochain les centaines de lignes de transport informel existantes au Caire. Ils ont déjà démarré et recherchent encore des fonds pour mener cette oeuvre titanesque à son terme !

Leur policy paper est très instructif sur leur vision et la manière dont ils veulent délivrer ce projet, j’en recommande la lecture. Ils ont aussi déjà publié une première carte des transports au Caire et cartographié en détail 20 lignes.

Team-1-Experimental-Map-Design-HQ

L’originalité de leur travail, c’est le niveau de détail des données. Chaque ligne est parcourue 5 fois en intégralité à des horaires différents, des statistiques sont générées sur la variabilité de l’emplacement des arrêts, sur les temps de parcours, les conditions de transport. Surtout, des informations additionnelles d’importance seront intégrées au fur et à mesure. En particulier une initiative d’importance pour documenter le niveau de sécurité de chaque ligne, l’existence de pratiques éventuelles d’harcèlement sexuel, et le type de mesures qui sont prises (dans les transports publics comme informel) pour limiter ces risques. Toutes ces données permettent d’ores et déjà des simulations et des visualisations sur la topologie du réseau, l’usage et les points d’arrêt informels. Sans nul doute plusieurs travaux seront publiés prochainement, et les premiers résultats que nous a partagés Mohamed étaient très instructifs.

La naissance d’une communauté d’innovation

Les enjeux pour la cartographie des réseaux de transport en Afrique ressortent clairement de cette journée. Industrialiser et pérenniser les projets est la priorité. Pour cela les outils et formats ouverts sont essentiels, tout comme l’ouverture des données. Cela contribue à un modèle économique plus performant (réduire certains investissements) mais ne résout pas entièrement la problématique de la collecte des données et de son rafraîchissement (ces systèmes sont très dynamiques). Le crowdsourcing est une voie qui sera explorée mais peut-être pas suffisante (difficultés de mise en oeuvre).

Quelle pourrait être la contribution, y compris financière, des acteurs qui bénéficient le plus de ces données ? L’AFD semble être à la pointe des financeurs internationaux en soutenant ce type de projet. Peut-être qu’un jour la Banque Mondiale en fera de même ? S’ils en comprennent les enjeux. Les GAFA sont aussi susceptibles de financer cette donnée d’une façon ou d’une autre. Apple était représenté jeudi et fortement intéressé. Des projets sont déjà financés parfois. Les villes gagneraient aussi à soutenir plus directement ces initiatives, et au-delà développer des communautés locales fortes qui puissent recevoir des financements externes pour produire les données, les maintenir, développer l’écosystème d’applications. Autrement les financeurs extérieurs se contenteront de payer des sous-traitants localement et ponctuellement, sans que ne se consolide une véritable compétence locale sur ces sujets.

De beaux défis à relever pour cette communauté naissante qui a connu l’un de ses premiers temps forts hier. Assurément le début d’une belle histoire, à laquelle j’espère pouvoir contribuer. Nous avons tant de choses à apprendre et d’inspiration à trouver dans ces projets qui sont nés dans un contexte différent de ceux qu’on trouve en Europe, mais qui portent en eux une très belle qualité : le « leapfrog » les conduit à considérer des solutions agiles, résiliantes, mobile-first que l’on a tant de mal à pousser en Europe où l’on apprécie les projets d’infrastructure (y compris pour le numérique) lourds et coûteux.

Pour aller plus loin

J’ai contribué au sein du Lab OuiShare x Chronos à l’exploration DataCités portant sur la donnée comme bien commun pour la Smart City

Je contribue au sein du Lab OuiShare x Chronos à l’exploration Mobility as Networks qui étudie spécifiquement. Les travaux sont en cours et la prochaine étape est un atelier de travail ouvert le 30 novembre à Lyon. Contactez-moi pour plus d’informations.

Sur le Medium du Lab OuiShare x Chronos, de nombreuses contributions et cas d’études sur ces thématiques sont disponibles.

Abonnez-vous à notre newsletter (lien ci-contre) pour recevoir régulièrement les dernières publications sur ces thématiques.

Recevez des actualités et une sélection de veille au quotidien en vous abonnant à notre page Facebook.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s