La location longue durée booste-t-elle le véhicule électrique ?

C’est ce que voudrait faire croire la profession, en affichant une part plus importante des ventes (3%) que dans les ventes générales. L’affaire est plus compliquée. 
Certes ce chiffre est encourageant. Il démontre que le véhicule électrique progresse auprès de sa clientèle naturelle dans un premier temps, les entreprises.

Image: MotorBlog.com
Toutefois les loueurs longue durée ne sont probablement pas responsables de cette croissance car leur modèle économique a longtemps été un frein, et il l’est peut-être encore. En effet ceux-ci sont des financiers, donc ils proposent les véhicules à leurs clients sur la base de leur évaluation du TCO (coût complet de possession) dont l’un des paramètres clef est la valeur de revente du véhicule. Valeur de revente que la LLD a pour l’essentiel minorée voire proche de zéro faute de données fiable. Si le raisonnement n’est pas faux, il a contribué à renchérir considérablement le véhicule électrique pour les premiers gestionnaires de flotte intéressés, puisque les leasers (LLD) ont intégralement fait passer le risque dans le prix de location du véhicule.
La différence entre achat et location dans ce cas vient de ce que la location matérialise entièrement le risque immédiatement pour les utilisateurs sous forme d’un loyer plus élevé (et plutôt dissuasif) par opposition à l’achat où le risque existe (sur la valeur de revente) mais restait latent, non encore matérialisé dans le prix payé.
Le problème c’est que le risque ne s’est pas matérialisé pour l’essentiel : les véhicules électriques se revendent plutôt bien (on aimerait avoir des chiffres plus précis). Donc ceux qui ont acheté des véhicules électriques n’ont pas subi de décote à la revente. Ils ont gagné leur pari. Ceux qui ont loué leur véhicule électrique en LLD, les précurseurs, n’avaient aucune chance de gagner quoi que ce soit, ce sont leurs loueurs qui ont empoché les gains sur le dos de ceux qui étaient non seulement pionniers mais avaient payé pour l’intégralité du risque : leurs clients !
Tout cela est censé changer toutefois. Maintenant que les valeurs de revente sont considérées comme correctes les loueurs devraient pouvoir offrir les véhicules électriques au meilleur prix à leurs clients. Il n’en reste pas moins que les loueurs comme les concessionnaires restent plus habitués à vendre du véhicule diesel, voire essence, que de l’électrique qui a quantité d’impacts sur la gestion de flotte. C’est un problème récurrent qui devrait se poursuivre encore un peu. On le voit bien avec les véhicules hybrides qui restent étrangement sous-représentés dans les ventes des loueurs, probablement parce que les entreprises restent passablement accro au diesel pour des raisons fiscales (certes en diminution) au détriment de véhicules hybrides essence qui auraient un meilleur TCO à fiscalité équivalente.
http://pro.largus.fr/actualites/la-location-de-longue-duree-tire-le-vehicule-electrique-6321384.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s