JE SUIS un petit groupe d’extrémistes prônant l’intimidation, l’injure et la violence physique contre les biens et les personnes, afin de parvenir à mes fins. 

  
JE SUIS une association de fait s’organisant en milice pour effectuer des « vérifications » sur la voie publique. 

  
JE SUIS un groupe n’hésitant aucunement à utiliser la violence verbale et physique, l’intimidation, la dégradation de biens matériels et d’outils de travail, dont plusieurs de mes membres ont déjà été condamnés pour ces faits.   

JE SUIS un groupe appelant à des manifestations illégales et même pas déclarées dont l’objet principal est le trouble à l’ordre public et l’intimidation de mes « adversaires », ceci en période d’Etat d’Urgence où la plupart des manifestations ont été interdites par des arrêtés préfectoraux. 

 JE SUIS organisé en association de fait par-delà la représentation syndicale de notre profession. Ayant pour but objectif la déstabilisation de l’Etat de Droit, et du fait de mes antécédents de violence et de graves troubles à l’ordre public, je devrais manifestement tomber sous le coup de la loi du 10 janvier 1936 sur la dissolution des groupements et associations de fait, comme ce fut le cas pour les ligues d’extrême droite de l’époque.

JE SUIS un groupe conservateur prônant la préservation d’un système hérité de la monarchie où l’achat de « charges » permet à quelques-uns (chauffeurs ou « investisseurs ») de s’enrichir et assurer leur domination sur les autres (de nombreux chauffeurs ne possèdent pas leur licence). Ceci alors même que ledit système de licences avec numerus clausus n’était pas censé servir d’outil de spéculation. 

JE SUIS un groupe manipulé, si ce n’est allié objectif, par ceux-là même qui portent une responsabilité importante dans le verrouillage de la profession, son absence d’ouverture, son système de licences hors de prix pour exploiter et contrôler les chauffeurs. Je suis manipulé par 2 sociétés de radio-taxi contrôlant 80% du marché parisien et ayant un unique propriétaire. Ces 2 plateformes n’ayant rien à envier à Uber par leurs pratiques : G7 et Taxis Bleus. 

JE SUIS un groupe mafieux car par mes méthodes, mon organisation, mes liens avec les milieux politiques et la vie sociale, avec mes règles internes et les objectifs que je me donne, je réponds positivement aux six critères d’un « système mafieux » tel que définis par la justice italienne (qui s’y connaît en la matière !). 

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Mafia

 

La pieuvre de la mafia
 
JE SUIS la lie de ma profession par mon comportement sectaire, désagréable et non professionnel avec les clients, rétif à toute évolution du métier ou innovation qui puisse assurer la pérennité de long terme de la filière. Sans vouloir le reconnaître je fait partie de ceux qui ont favorisé l’émergence d’offres de substitution qui aujourd’hui déstabilisent le marché des taxis. 

JE SUIS autorisé à remettre le couvert demain mardi 26 janvier 2016, avec l’aval du Ministère de l’Intérieur, alors que de nombreuses manifestations ont été interdites depuis le 13 novembre dernier et l’entrée en vigueur de l’Etat d’Urgence, en particulier des manifestations pacifiques dans le cadre de la COP 21. Ceci malgré l’historique de violences lors des précédentes manifestations, qui ont fait les gros titres de la presse internationale, choqué nos partenaires dans les pays développés, dégradé l’image de la France comme première destination touristique au monde et comme pays sûr, ébranlé l’Etat de Droit et la crédibilité de ce gouvernement. 

Aucun autre groupe, dans l’Histoire récente ne pourrait se permettre tout cela. JE SUIS, JE SUIS…

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/les-taxis-s-en-prennent-a-uber-a-tort-ou-a-raison-517644.html

JE NE SUIS PAS les brigades rouges ou « les antifas ». 

JE NE SUIS PAS un groupuscule d’extrême droite type Bloc Identitaire, Jeunesses Nationalistes ou Œuvre Française. 

Et non, JE NE SUIS PAS « LES TAXIS ». Il y a quantité de taxis raisonnables, ayant le souci du client, et non violents. Des chauffeurs de taxi inquiets à juste titre de l’évolution de leur profession, qui déplorent l’absence d’attention au client qui a longtemps prévalu, principalement au centre des grandes villes (j’ai rencontré tant d’artisans-taxi en banlieue et dans des villes moyennes qui ont une vraie attention au client et un vrai professionnalisme). 

Ami taxi, ne cède pas au côté obscur. Il y a tant d’autres façons d’assurer ton avenir sur le marché du transport de personnes individualisé qui ne fait que croître, toi qui est un professionnel expérimenté. 

Il est absolument certain que la violence ne t’apportera aucun nouveau client ni aucune perspective nouvelle. 

Advertisements

Une réflexion sur “Taxis, ne sombrez pas dans le côté obscur !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s