BlaBlaCar est devenue une plateforme… De services numériques

BlaBlaCar propose certes un véritable service de transport, un mode désormais reconnu, le covoiturage.
Toutefois BlaBlaCar se définit avant tout comme un acteur du numérique qui a une communauté conséquente d’utilisateurs actifs (20 million en Europe, jusqu’à 8 million en France). Désormais BlaBlaCar monétise cette communauté et ce qu’elle en connaît tout en développant les services à destination de cette communauté : assurance, péage autoroute, essence, et maintenant services bancaires.
Demain d’autres services autour de la voiture mais aussi du mode de vie en général ? BlaBlaCar semble privilégier des partenariats avec des acteurs plutôt traditionnels ayant besoin de diversifier et rajeunir leur base de clients. BlaBlaCar leur apporte une communauté active avec laquelle il est possible de développer de « l’engagement ». Elle en retire des bénéfices pour ses membres, une plus grande attractivité, une plus grande connaissance de ses clients, et une forme de monétisation.
http://m.lesechos.fr/redirect_article.php?id=021541932693&fw=1

Ce processus que mettent en œuvre les plateformes est bien connu. Il est utilisé par les GAFA et toutes les plateformes à succès. Il a été décrit pour les transports (et comment exploiter la valeur générée sous forme de communs) par Gabriel Plassat et la Fabrique des Mobilités.
http://lafabriquedesmobilites.fr/articles/la-fabrique/les-4-dynamiques-de-la-fabrique/

L’erreur fréquente que commettent des startups avec un modèle de plateforme c’est de vouloir développer une multitude de services annexes et monétisations sans avoir encore une large base client. BlaBlaCar aussi à ses débuts a connu ce problème avant de se concentrer uniquement sur son produit.
Toutes les plateformes à succès ont développé un service simple et à valeur ajoutée, ont utilisé les données et l’expérience pour améliorer le service, puis l’enrichir, puis monétiser la large communauté d’utilisateurs.

  1. […] La mission actuelle de BlaBlaCar est avant tout de déployer ce modèle à l’étranger et de développer des services et partenariats pour « monétiser » sa large communauté d’utilisateurs (environ 7 […]

    Répondre

Commenter

%d blogueurs aiment cette page :