Inventer une couverture sociale pour la sharing economy

Les géants de l’économie du partage ou à la demande, ces plateformes géantes qui rapprochent de manière novatrice l’offre et la demande, sont largement critiquées pour ne pas apporter de couverture sociale adaptée à ceux qui en tirent tout ou partie de leurs revenus.

L’initiative de Lyft (concurrent d’UberPOP aux US) démontre que les choses bougent. Étant acquis que le salariat n’est pas la bonne solution pour ces nouvelles activités et que le statut d’indépendant n’apporte pas les garanties et services nécessaires, il y a lieu de penser une troisième voie, comme le suggère de son côté Nicolas Colin.

Lyft donne accès à ses chauffeurs à une couverture retraite facultative et portable (on peut cumuler différentes activités sur différentes plateformes). C’est incomplet et non transposable tel quel en France mais donne des idées.

http://www.bna.com/lyft-retirement-program-b57982064126/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s