Petite histoire de l’#autopartage associatif

L’exemple de Citélib à Grenoble est représentatif du developpement de l’autopartage à petits pas par des associations / coopératives véritables défricheurs acharnés, soutenues par leur propres utilisateurs, les territoires, leurs employés et ceux qui voulaient apporter une contribution à un changement de modèle.
http://blogcitelib.com/decouvrez-lhistoire-de-cite-lib-les-debuts-a-grenoble-racontes-par-daniel-faudry-le-fondateur/

La France n’était pas en avance sur l’autopartage à côté de la Suisse, de l’Allemagne ou de la Belgique. Il a fallu le travail patient de ces pionniers pour prouver la pertinence du concept, là où les startups étaient bloquées par les investissements en capital massifs nécessaires (100 voitures coûtent 1M€ pour environ un millier de clients !) et les grands groupes se payaient de mots plus que d’actes faute d’avoir identifié de modèle économique sûr (entendre dans risque) et juteux.

La forme coopérative permet une croissance saine et enracinée dans le territoire. Elle ne permet pas jusqu’ici une croissance massive. En-dehors des acteurs 100% capitalistiques et hybrides type Autolib, peut-on imaginer une nouvelle manière de developper des systèmes coopératifs à grande échelle ?

Publicités

Une réflexion sur “Petite histoire de l’#autopartage associatif

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s