La difficile application des nouvelles normes automobile

L’ACEA et les autres représentants des constructeurs ont plein d’arguments obscurs pour vous expliquer que les voitures ne peuvent être testées selon les nouveaux cycles de normalisation WLTC avant 2020 voire 2022. Eux si bien organisés, si efficaces, nous ne savons plus quoi penser !

Et puis ce n’est tout de même pas leur faute si il existe des clients crédules qui pourraient croire aux valeurs de consommation affichées sur les étiquettes.
Le problème de fond pour eux est uniquement marketing / communication : comment éviter une valse des étiquettes où une voiture affichée 4l/100 passe à 5l/100 ?

Pour ce qui est du côté légal / réglementation tout a déjà été géré pour éviter les problèmes. Parce que vous comprenez, l’automobile c’est de l’emploi (non délocalisable ?).

Le problème là-dedans, c’est que ces nouvelles normes n’ont rien de nouveau, et auraient dû être appliquées depuis longtemps. Et même pire, ces normes seront bientôt inutiles, il faut les dépasser pour se baser sur de performances réelles. Mais la majorité des constructeurs freine des quatre fers, ils ne sont pas vecteurs de changement. Même s’il faut noter quelques initiatives louables comme celle de PSA pour aller vers plus de transparence.
http://www.dailymail.co.uk/news/article-3337082/Car-giants-refuse-sort-MPG-scam-5-YEARS-Firms-want-push-accurate-tests-2020.html

Bill Gates veut sauver le monde en lui fournissant une énergie illimitée et bon marché

On peut lui reconnaître une certaine crédibilité. Et aussi d’être le héraut d’un certain état d’esprit anglo-saxon qui cherche à repousser la frontière, voir grand et à miser sur la liberté individuelle.

Alors si le problème ce sont les émissions de carbone de l’énergie que nous utilisons, la solution est simple : il faut en produire plus, moins cher, décarbonée.
https://youtu.be/MzDE8rTRqY4

Pas bête. Il n’en demeure pas moins que cela ne résoudra pas tous les problèmes, notamment dans la mobilité, car comment faire pour permettre demain à plusieurs milliards de personnes d’utiliser des 4×4 et pickups à la mode US ? Même avec une énergie propre et abondante ?

L’article de présentation
http://www.gatesnotes.com/Energy/Investing-in-Energy-Innovation?WT.mc_id=11_30_2015_05_EnergyRD_BG-TW_&WT.tsrc=BGTW&linkId=19160797
Le paper de Bill (en français s’il vous plait !)
http://www.gatesnotes.com/~/media/Files/Energy/Energy_Innovation_French_11_30_2015.pdf?la=en

Les chinois auraient-ils trouvé la solution à la congestion des villes

En faisant « léviter » les voitures en trop ?!

La vidéo ci-dessous montre plutôt comme un simple camion de nettoyage peut avoir des effets radicaux !
http://mobile.lemonde.fr/asie-pacifique/video/2015/11/30/l-etrange-levitation-de-trois-vehicules-cree-le-mystere-en-chine_4820770_3216.html?xtref=http://france.shafaqna.com/FR/FR/98449

IBM dans la bataille du #blockchain :

IBM s’y met, pour de vrai, et aimerait bien être un disrupteur sur certains marchés traditionnels, voire un disrupteur de disrupteurs grâce à la technologie blockchain.

IBM s’imagine réinventer les transactions financières et contractuelles. Les automatiser, réduire leur coût drastiquement, les rendre transparentes et sécurisées, interopérables.
Et bien sûr tout ceci concerne les transports n’est-ce pas ? Les transports et la mobilité ont besoin d’interopérabilité, de faibles coûts de transaction, de pouvoir traiter un nombre élevé de transactions en temps réel, de transparence sur le respect des règles / la fraude.

Imaginez que demain c’est IBM qui va s’en mêler…
http://receivingpayments.date/ibm-developing-blockchain-without-bitcoin-for-record-keeping-and-smart-contracts-_-bitcoin-magazine
Remarque : apparemment IBM entend s’affranchir du « Mining » décentralisé qui dans le bitcoin délègue à des tiers les fonctions de calcul nécessaires au système. On imagine bien IBM les effectuer lui-même et reprendre la main. Finalement IBM n’est peut-être pas un disrupteur. Du moins culturellement…

Bilan carbone transport perso. Simple mais encombrant ?

Le principe est plutôt sympa et pratique : calculer automatiquement l’impact de mes déplacements (pro ou perso).
La mise en œuvre pose tout de même question : comme pour TripIt vous devez donner accès à votre boîte email, ce qui est légèrement intrusif ! Ou bien en créer une dédiée aux voyages ce qui n’est pas forcément pratique.

Résultat la probabilité d’obtenir une grande base d’utilisateurs reste très modérée, surtout avec un produit mono-fonction.

http://blog.onecub.com/le-bilan-carbone-personnel-de-vos-voyages/

Émissions de CO2 : et si nous comparions des citrouilles et des potirons ?

Ou bien des citadines et des crossover. Ou bien des constructeurs bas de gamme, moyen de gamme, haut de gamme, des acteurs franco-européens et des acteurs mondiaux, etc… C’est ce que vous propose Challenges.
http://m.challenges.fr/article/20151127.CHA2063/peugeot-citroen-ds-renault-champions-de-la-lutte-contre-le-co2.html

J’aurais été intéressé d’en apprendre plus sur la performance des citadines françaises par rapport à leurs homologues étrangères. D’en apprendre plus sur les reformante es en conditions réelles. D’en apprendre plus sur les attentes et critères de choix des clits de chaque marque et modèle. Du lien entre performances CO2 et performances autres polluants.

Ce sera pour un autre article.

BlaBlaCar au Brésil pour démontrer son universalisme

En s’attaquant à de nouveaux marchés aux contextes et cultures nettement différente de l’Europe continentale (Russie, Inde, Brésil) BlaBlaCar va passer le test de l’universalité de son modèle, au-delà de ses adaptations locales.
Le covoiturage à la BlaBlaCar permet-il de fonder une véritable World Company ? Les solutions de la mobilité sont-elles aussi universelles que les solutions du web et des réseaux sociaux ?

La réponse d’ici un an ou deux certainement.

http://live.lesechos.fr/57/021520515957.php#xtor=CS1-105